Statuts
Contact
Logos
Débuter en compétition
Pilote
Palmarès
Sponsors
Calendrier
Saison 2008
Saison 2007
Saison 2006
Saison 2005
Saison 2004
Historique
Contact
Saison 2002
Saison 2003

Clastres, 19-20 mai 2007


By JFK...

Week-end extrême à Clastres ou comment transformer une course de supermotard en épreuve de franchissement digne de la GLC ? Il suffit de beaucoup de pluie et de terre à patates.

Le circuit de Clastres n'est pas des plus accueillant : un seul groupe électrogène pour tout le paddock, les douches à 1 km, une piste dessinée à coup de pneus et de cône de chantier sur une ancienne piste d'aviation datant de la deuxième guerre mondiale au revêtement d'époque, une partie terre... en terre à patates. Mais il nous en faut plus pour nous décourager. La partie terre a été redessinée pour nous offrir une serie de whoops (succession de bosses), une série de camels qui formaient, parait il, un double saut ca passait c'était beau, sauf que ca passait pas, un virage à droite avec 2 trajectoires et encore 2 sauts. Avec un "bitume" qui accroche et une piste dessinée pour être rapide, ca promet.

Sauf que je me loupe aux essais chronos en calant dans mon tour rapide. Le temps de démarrer (vivement le démarreur électrique) et la série est déjà terminée. Pas qualifié en 1'31, je suis bon pour la finale B.

1ère finale B, temps sec, départ de la 3ième ligne (8ième), je prend un bon départ pour accrocher le groupe de tête. Longtemps 4ième, je me loupe en tentant de passer 3 et je me fais passer par un concurrent rapide qui avait loupé son départ. Je fini 5ième et la pluie s'abat sur Clastres transformant la terre à patates en un vaste chantier infranchissable. La direction de course décide de contourner la partie terre en nous faisant passer à travers champs (à patates) avec une belle cuvette... presque infranchissable.

A la 2ième finale c'est celui qui ne chutera pas qui sera devant et à ce jeu là, je perds. Je tombe dans la bouillasse et remet des lustres à redémarrer pour finir 12ième.

A la 3ième finale, la direction de course a encore détourné la terre dans un autre champs. Les motos se transforment vite en tondeuse à gazon et le terrain se dégrade vite. Alors 5ième, je cale en sortant de la terre. Damned, j'en étais arrivé à bout. Je remet un certain temps à redémarrer, KTM ca veut dire Kick Trente Minute, et je repars à l'assaut en pensant à ce refrain de la super Roadster cup : "pire que la défaite, l'abondon" et je remonte mais camarades uns à uns, embouillassés dans la terre à patates pour finir 7ième.

6ième de la B, avec un temps en 1,28 sur le sec qui m'aurait mis en finale A, j'ai de quoi avoir quelques regrets.

2 heures de nettoyages de moto plus tard... Je m'achêterais bien un démarreur électrique!!


Diaporama


Arrêter - Reprendre - Plus vite - Moins vite
Cliquez sur l'image pour l'agrandir!